LES LASERS
Il existe différents types de laser en fonction de la pathologie oculaire à traiter

Les LASERS REFRACTIFS

Ils sont adaptés pour les traitements de la myopie, de l'hypermétropie, de l'astigmatisme et de la presbytie.

Il existe 2 méthodes :

- La PKR (Photokératectomie réfractive) : il s'agit d'un traitement de surface de la cornée après pelage de l'épithélium. Ce type de laser est très efficace pour les faibles myopies et faibles astigmatismes. Il a comme inconvénient d'entrainer des douleurs importantes dans les 3-4 jours qui suivent l'opération et une récupération visuelle lente sur au moins 1 mois avec des risques de haze, cicatrisation imparfaite de la surface de la cornée.

- Le LASIK : le traitement laser se fait après découpe d'un lambeau cornéen. Il a l'avantage de pouvoir traiter toutes les troubles réfractifs avec une récupération visuelle rapide dans les heures ou jours qui suivent l'opération. Il n'y a pas de douleurs en post-opératoire. Son inconvénient : il nécessite des cornées épaisses et peut entrainer dans de très rares cas des déformations cornéennes de type kératocone.

 

Le LASER YAG

Adapté pour le traitement de la cataracte secondaire, c'est-à-dire l'opacification de la capsule postérieure du cristallin qui se produit dans les mois ou années suivant la chirurgie de la cataracte. Le traitement dure quelques secondes au cabinet en ambulatoire lors d'une simple consultation. Il peut être également utilisé pour réaliser des iridotomies (traitement du glaucome aigu).

 

Le LASER SLT

...ou trabéculoplastie sélective. Il est réalisé au niveau de l'angle irido-cornéen dans les traitements des glaucomes chroniques. Il se fait sous anesthésie locale (collyre) au cabinet et il permet une baisse de la pression oculaire.


 

Le LASER DE RETINE

Il permet le traitement de toutes les lésions rétiniennes : palissade, trou rétinien, rétinopathie diabétique, thrombose.


L'IVT

...ou injection intra-vitréenne .
Elle permet de traiter la DMLA , la rétinopathie diabétique, l'œdème rétinien. Il s'agit d'injection d'anti-VEGF ou de corticoïde directement dans le vitré (liquide remplissant le pôle postérieur de l'œil). Ce traitement est plus efficace qu'un comprimé car il a l'avantage d'agir directement dans l'œil en diffusant le produit à l'intérieur de celui-ci. Il existe pour ces injections des protocoles internationaux et actuellement il débute par au moins 3 injections d'anti-VEGF à 1 mois d'intervalle.


Ces injections sont réalisées dans une salle de bloc opératoire présente dans notre cabinet, après anesthésie par collyre et désinfection oculaire à la Bétadine. Les effets secondaires probables peuvent être des hémorragies sous conjonctivales bénigne, des irritations oculaires, des éventuelles légères douleurs ou des myodésopsies (impression de toile d'araignée, de bulle, temporaires). Les complications rarissimes peuvent être une endophtalmie (infection), des lésions de rétine et des hémorragies intra-oculaires.